#2 L'aulhèr

Vox Bigerri inter­prète, dans le jardin Raymond VI à Toulouse, L’aulhèr tot près de son aul­hèra, d’après une ver­sion chan­tée par Jean-Pierre Brunes à Lespone en 1956. Cette vidéo est la deuxième d’une série de dix vidéos tour­nées pour les dix ans du groupe. Ce chant figure au pro­gramme de l’album Ligams à paraî­tre en octo­bre 2015.


L’aulhèr tot près de son aul­hèra

L’aulhèr tot près de son aul­hèra
Que’n viu mes content que lo rei
Per tan haut qui lo sorelh se’n lhèva
N’ei aus palais deths sués pla­sers

Atau que’n can­tava l’aul­hèra
Tot en pojant entau bos­quet
Tot en amas­sant quau­quas flo­re­tas
Entà’u ne hèr un beròi boquet

L’aulhèr impa­cient l’aten­dèva
De temps en temps hasè shiu­lets
L’aul­hèra’u respón dab alle­gressa
Ara ja’n vòi ja no’v ave­getz

Lo boquet qui v’apòrti adara
E que’u ne vatz gardar dab suenh
De totas flors jo i èi bota­das
Sonque la flor, e deu ser­ment

Lo boquet s’ei fle­trit adara
L’aul­hèra non hè que gemir
La flor immor­tèla s’ei secada
Praubòt de jo, jo me’n vòi morir

— 

Le berger auprès de sa ber­gère
Vit plus content que le roi
Aussi haut que le soleil se lève
Il est au palais de ses plai­sirs

Ainsi chan­tait la ber­gère
En mon­tant vers le bos­quet
En cueillant quel­ques fleu­ret­tes
Pour lui faire un beau bou­quet

Le berger impa­tient l’atten­dait
De temps en temps il sif­flait
La ber­gère lui répon­dait avec allé­gresse
Maintenant j’arrive, ne lan­guis­sez pas

Le bou­quet qu’ici je vous apporte
Et que vous gar­de­rez avec soin
De toutes fleurs j’y ai mises
Sauf la fleur du ser­ment

Le bou­quet main­te­nant est flétri
La ber­gère ne fait que gémir
La fleur immor­telle a séché
Pauvre de moi, je vais mourir