#7 Los uelhs de Cap Ozom

La série Ligams continue avec un chant de la vallée d’Arbéost-Ferrières filmé et enregistré en juin dernier entre Tarbes et Bagnères, au pied des coteaux, alors que le soleil se lève tout juste.


los uelhs de Cap Ozom

M’ei vengut a la pensada, per víver beth long de temps
De béver quauqua rasada, e de préner lo temps com vien

Deus mes charmants endrets deu mond son los uelhs de Cap Ozom
Pròche d’aquiu son las tèrras d’Arbeòst, Arrens e Marçós
On guardavan las bergèras qui lòtjan dab los pastors

En aqueth endret charmant, pendent los siés mes de l’an
On pacatjan las aulhetas, e los tendres anherons
Pastors en hèit d’amoretas, be n’ètz donc vosauts urós

Quan jo guardavi n’aqueth quartièr, ua bergera qui j’avè
Quan lo cèu l’avè formada, longtemps s’i èra preparat
Que l’avè plan proporcionada, en sa talha e sa beutat

Quan jo jogavi deu claron, que’n volè enténer lo son
Diu d’aquera votz tan clara, mon Diu quin agradament
Tots los rochèrs que’n tremblavan, que’m hasèn lo còr content

— 

Il m’est venu à la pensée, pour vivre bien longtemps
De boire quelque rasade
Et de prendre le temps comme il vient

Des plus charmants endroits du monde
Sont les sources de l’Ouzoum
Près de là sont les terres
D’Arbéost, Arrens et Marsous
Où gardaient les bergères
Qui logent avec les bergers

En cet endroit charmant
Pendant les six mois de l’an
Où pacagent les brebis
Et les tendres agnelets
Bergers en train de courtiser
Vous êtes donc bien heureux

Quand je gardais en ces lieux
Une bergère il y avait
Quand le ciel l’avait formée
Longtemps il s’était préparé
Il l’avait bien proportionnée
En sa taille et sa beauté

Quand je jouais du hautbois
Elle voulait en entendre le son
Mon Dieu quelle voix si claire
Mon Dieu quel plaisir
Tous les rochers en vibraient
Et rendaient mon cœur content